Home » Help & Assistance » Lusage des plaisirs dissertation help

Lusage des plaisirs dissertation help

Lusage des plaisirs dissertation help Commençons par donner des

“La principale différence qui est entre les plaisirs du corps et ceux de l’esprit, consiste en ce que, le corps étant sujet à un changement perpétuel, et même sa conservation et son bien-être dépendant de ce changement, tous les plaisirs qui le regardent ne durent guère ; car ils ne procèdent que de l’acquisition de quelque chose qui est utile au corps, au moment qu’on le reçoit ; et sitôt qu’elle cesse de lui être utile, ils cessent aussi, au lieu que ceux de l’âme peuvent être immortels comme elle, pourvu qu’ils aient un fondement si solide que ni la connaissance de la vérité ni aucune fausse persuasion ne le détruisent.

Au reste, le vrai usage de notre raison pour la conduite de la vie ne consiste qu’à examiner et considérer sans passion la valeur de toutes les perfections, tant du corps que de l’esprit, qui peuvent être acquises par notre conduite, afin qu’étant ordinairement obligés de nous priver de quelques-unes, pour avoir les autres, nous choisissons toujours les meilleures. Et parce que celles du corps sont les moindres, on peut dire généralement que, sans elles, il y a moyen de se rendre heureux.”

Descartes, Lettre à Elisabeth, le 1 er juin 1645

Vous trouverez un commentaire de ce texte par Marc Foglia sur son blog. Cliquez sur la photo! (à chaque fois que vous le faites Marc m’a dit ressentir un léger picotement)

Et voici également un commentaire de Grégoire élève de TS4

Descartes, connu pour avoir essayé de démontrer l’existence de tout ce qui nous entoure à partir de sa célèbre expression Cogito ergo sum (Je pense donc je suis), explique dans ce texte comment accéder au bonheur. Pour cela, il affirme que les plaisirs corporels sont éphémères, à l’inverse des plaisirs spirituels qu’il qualifie d’immortels.

Dès lors, on peut se demander si notre corps et notre esprit sont liés. Pour répondre à cette question, nous suivrons le fil de l’argumentation de l’auteur tout en la commentant et en la remettant en question pour arriver à conclure sur l’attitude requise pour accéder au bonheur.

Descartes commence par affirmer que les plaisirs du corps sont éphémères car notre corps change constamment. On comprend bien qu’un nouveau-né n’a pas les mêmes besoins nutritionnels qu’un adolescent en pleine croissance ou encore qu’un jeune homme n’a pas les mêmes pulsions sexuelles qu’un octogénaire. L’auteur compare ces plaisirs à de vulgaires mouchoirs qui, une fois utilisés ne servent à rien. Pourtant, ces vulgaires plaisirs ne sont-ils pas nécessaires au maintien de l’espèce humaine? Boire, manger, dormir et se reproduire constituent nos principales activités pour faire perdurer notre espèce. Donner la vie est-ce vraiment un plaisir éphémère. Je pense que la vie d’un couple bascule dès qu’ils ont un enfant et c’est ce plaisir quotidien qui va les motiver à prendre soin de leur protégé, à aller travailler tous les jours pour lui offrir des études et une meilleure vie possible.

Descartes continue en disant que les plaisirs de l’esprit sont immortels, comme l’âme, et à toute épreuve pourvu que l’on en soit persuadé. Commençons par donner des exemples, on peut associer aux plaisirs de l’esprit le plaisir d’apprendre, de deviner, de savoir, de résoudre sans oublier le plaisir de penser.

Lusage des plaisirs dissertation help la vie ne consiste

Après tout, il ne faut pas oublier que c’est cette action qui a permis à Descartes, dans ses méditations métaphysiques de démontrer que l’on existe bel et bien et de sortir du doute radical. C’est sans doute pour cette raison qu’il dit qu’aucune vérité ni aucun mensonge ne peut le faire douter du plaisir de penser car il sait qu’il pense.

Pour ce qui est du plaisir de savoir, rien ne peut le détruire car l’Homme est persuadé de ce qu’il sait, c’est d’ailleurs pour cela qu’il est si difficile de faire changer d’avis quelqu’un. On ne peut pas, ou très difficilement, lui retirer et modifier ses connaissances, donc son esprit.

Cette première partie sur la différence entre les plaisirs corporels et les plaisirs spirituels accentue la dissociation entre un corps en perpétuel changement et un esprit indubitable et immortel.

Sans la seconde partie, Descartes aborde le sujet du bonheur et de la raison. Cette dernière servirait à observer et sélectionner les meilleures perfections (celle de l’esprit selon lui) pour accéder au bonheur.

En effet, n’est-il pas jouissif de résoudre un problème mathématique seul après avoir écouté les conseils du professeur. Cependant, cela veut-il dire que les sportifs ne sont pas heureux. J’entends par sportifs ceux qui prennent soin de leur corps en mangeant sainement et en pratiquant une activité physique régulière. Ceux-ci seront considérés par Descartes comme ceux qui ont choisi les perfections du corps donc penserait-il qu’ils ne peuvent accéder au bonheur. Il est clair que Descartes pense qu’il vaut mieux cultiver son esprit plutôt que son corps mais n’est-il pas possible de concilier les deux par le biais de la raison. Un célèbre dicton latin dit. “anima sana in corpore sano” qui signifie un esprit sain dans un corps sain. Qui n’a jamais ressenti l’envie de se défouler en allant courir quelques minutes après un intensif travail intellectuel. Contrairement à Descartes, je pense qu’un bon rapport entre le corps et l’esprit est nécessaire pour pouvoir accéder au bonheur.

Cette notion de bonheur implique la mise en perspective avec un auteur incontournable sur le sujet. Epicure, connu pour sa philosophie sur la recherche du bonheur. Les pensées de Descartes dans ce texte s’opposent à celles d’Epicure ; ce dernier classerait les plaisirs du corps tel que manger, boire, dormir dans les désirs naturels nécessaires alors que les plaisirs de l’Esprit seraient classés certainement dans les désirs naturels superflus voire dans les désirs vains pour ceux qui rêvent d’être un génie sans en avoir les moyens.

Dès lors, on comprend que le rapport au bonheur est très complexe puisque nombre de philosophes qui se sont penchés sur la question, divergent. Ici, Descartes affirme que perfectionner son esprit plutôt que son corps est un moyen d’atteindre le bonheur car les plaisirs spirituels sont immortels. Pour répondre à l’enjeu posé par le texte, je dirais que chacun a un rapport spécifique et que notre raison permet de jauger les proportions de perfectionnement du corps ou de l’esprit nécessaires pour accéder à son propre bonheur.

Partager cet article


Share this: